Responsive image

Changement de l'étiquetage des pots de miel

15-07-2019

Changement de l'étiquetage des pots de miel : cela "permettra au consommateur de savoir vraiment ce qu'il achète"


Changement de l'étiquetage des pots de miel : cela "permettra au consommateur de savoir vraiment ce qu'il achète"


Gilles Lanio, président de l'Union nationale de l'apiculture française, se réjouit, ce vendredi, de la décision du gouvernement de mentionner l'ensemble des pays d'origine des miels "de mélange" sur les pots. 


 



Le gouvernement prépare un décret qui rendra obligatoire l’étiquetage de tous les pays d’origine des miels de mélange vendus en France. Une mesure que l’Union nationale de l'apiculture française (UNAF) réclame depuis plusieurs années. "Pour nous c’est une bonne avancée", s'est félicité Gilles Lanio, apiculteur, président de l'UNAF, vendredi 15 juillet sur franceinfo.


Aujourd'hui, "vous pouviez avoir du miel français, forcément, beaucoup de miel de Chine, un peu de miel d'Ukraine, et vous mettiez sur le pot ‘miel origine UE [Union européenne] et non-UE, ce qui ne voulait rien dire", a-t-il expliqué. 


franceinfo : Vous avez donc fini par être entendus


Gilles Lanio : Oui, enfin, au bout de trois ans. Pour nous c'est une bonne avancée. Cette transparence était demandée aussi par le consommateur. On avait fait un sondage, 94 % la réclamaient. Et aujourd'hui c'est vrai que le fait de mettre la liste des pays, par ordre pondéral décroissant, avec un caractère particulier pour les miels qui seront présents dans le pot à plus de 20%, permettra aux consommateurs de savoir ce qu'ils achètent en quelque sorte. Tout du moins d’être plus près du contenu.


Parce qu’aujourd’hui on ne connaît pas vraiment l’origine précise des miels dits "de mélange" ?


Disons que vous pouviez avoir du miel français, forcément, beaucoup de miel de Chine, un peu de miel d'Ukraine, et vous mettiez sur le pot "miel origine UE [Union européenne] et non-UE", ce qui ne voulait rien dire. Donc le consommateur, pensant parfois, par certains signes sur le pot, acheter un miel plutôt français, achetait en réalité un miel avec très peu de miel français. C'était une concurrence déloyale, je dirais, pour la production française. Aujourd'hui on ne peut pas savoir la provenance des miels. Demain on pourra le savoir, de ce fait, par l'inscription des origines sur le pot par ordre décroissant. Cela permettra à un consommateur qui pense acheter un miel le français, s'il trouve en caractères petits le mot "français" dessus, il saura que dans le pot il y a moins de 20 % miel français. Et quand il sera par ordre décroissant, il aura la liste des pays qui sont les plus représentés dans ce pot-là.


Est-ce que c'est du mauvais miel ?


Certes, il y a souvent eu au niveau des douanes des contrôles qui nous ont montré que du miel de Chine n'était pas toujours du miel. C'était souvent des sirops de sucre. Donc il y a énormément de tricherie là-dessus. C'est un produit qui est très travaillé, mais pas de manière réglementaire je dirais. Donc c'est vrai qu'il y avait du faux miel. Et aujourd'hui cette traçabilité permettra au consommateur de savoir vraiment ce qu'il achète, au plus près du pays qu’il voudrait favoriser en quelque sorte.


Peut-on se rendre compte qu’on consomme du "faux miel" ?


Non, on ne peut pas s’en rendre compte. À moins qu'ils aient fait un mauvais travail, mais on ne peut pas leur enlever ça, ils font un travail très sérieux pour faire une confusion dans le goût. On ne peut pas savoir au goût si c'est un miel trafiqué ou pas trafiqué. Donc c'est vrai qu'au niveau des douanes, il y a eu quand même de grosses quantités qui ont été épinglées, même jusqu'à des milliers de tonnes, pour avoir été du faux miel. C'était grave, parce que quand même 80 % de la consommation du miel consommé en France n'est pas français.