Responsive image

VAR: Des lycéens inventent un piège à frelons asiatiques

22-02-2021

Pour sauver les abeilles de façon écologique.


Mellon'Harp, c'est l'invention d'une vingtaine d'élèves du lycée Thomas Edison, à Lorgues (Var). Présentée comme écologique et locale, cette harpe électrique doit permettre de protéger les précieuses abeilles en piégeant leur prédateur numéro un : le frelon asiatique.





La harpe électrique pour piéger les frelons asiatiques a été inventée par une vingtaine de lycéennes et lycéens, bénéficiant des conseils d'un apiculteur.

La harpe électrique pour piéger les frelons asiatiques a été inventée par une vingtaine de lycéennes et lycéens, bénéficiant des conseils d'un apiculteur. • © Mellon'Harp







Entre un cours de français et une récréation, une vingtaine d'élèves entre 15 et 16 ans veut sauver le monde. Ou plutôt les abeilles, ce qui revient à peu près au même. Leur mini-entreprise, Mellon'Harp, a été lancée pour proposer aux apiculteurs et apicultrices une invention permettant de piéger l'ennemi juré des abeilles : le frelon asiatique.
C'est au lycée polyvalent Thomas Edison, à Lorgues (Var, voir sur la carte ci-dessous) que ça se passe. Depuis 2018, l'établissement est partenaire du dispositif Entreprendre pour apprendre (EPA). La création d'une mini-entreprise confronte les jeunes au monde du travail et leur permet d'acquérir des compétences.




Wassim El Ouaddi est le responsable des relations presse dans son entreprise. Une véritable ruche, si l'on ose dire, où chacun et chacune a ses attributions : ressources humaines, marketing, recherche et développement, comptabilité... ce dernier service est en charge de la cagnotte participative du projet : n'hésitez pas à donner. France 3 Côte-d'Azur a demandé au lycéen comment ça se passait. "Ce qu'on fait, c'est techniquement un cours... Mais ça ressemble plus à des travaux pratiques. On nous met en situation concrète pour avoir une première image et expérience du monde du travail."
Ce cours, puisque ça en est un, est proposé au sein de l'option Euro en seconde générale. Il est encadré par le professeur de sciences numériques et de technologie, des mentors du monde de l'entreprise... et un apiculteur. Il s'agit d'Alain Sisteron, qui a dispensé aux élèves ses conseils et fait part de son expérience. Il connaît bien la problématique des frelons asiatiques : France 3 Côte-d'Azur l'avait interrogé à ce sujet en 2019 (voir la vidéo ci-dessous).



L'adolescent présente son projet comme écologique et sélectif. "On voulait proposer un objet d'intérêt collectif à notre clientèle. On a tous travaillé dessus, on y a mis nos compétences." Ce qui a abouti à la fameuse harpe électrique (n'essayez pas de jouer de la musique avec, c'est du 1.000 volts). "On ne sait pas si on aura encore tous les fruits qu'on connaît dans 20 ans, car les populations d'abeilles régressent chaque année. C'est un enjeu d'intérêt global. Et en France, on sait que c'est le frelon asiatique qui est la principale menace des abeilles, avec les pesticides."

Le piège est habillement conçu, modélisé grâce à "l'étude des trajectoires du frelon asiatique quand il pourchasse ses proies, les abeilles. Il emprunte toujours le même chemin." Les mailles électrifiées du piège sont suffisamment écartées pour laisser passer la petite abeille sans danger (idem pour d'autres insectes innocents). Mais le frelon, plus gros, est "exclusivement capturé" et électrocuté. Sous le choc, il tombe dans un récipient rempli d'eau où il va se noyer. Abeilles : 1 / Frelons : 0. Et le tout sans produits chimiques nocifs pour la faune ou la flore environnante. 
 Le schéma technique de la harpe électrique.





Le schéma technique de la harpe électrique. • © Mellon'Harp




Les détails techniques de l'appareil ont été finement pensés : les matériaux résistent aux intempéries, et la batterie est censée durer six mois. En plus de son autonomie, "elle participe à l'écologie du projet", rappelle Wassim El Ouaddi, car elle se charge à l'aide d'un panneau solaire. 


Le projet est finalisé à 90%, et la phase de production devrait être lancée prochainement. "Notre étude de marché a été efficace, et on pense produire entre 20 et 30 exemplaires de notre invention." La Mellon'Harp devrait être vendue à moins de 100 euros. Quand le prix pratiqué par le principal concurrent sur le marché, une "entreprise normale" si l'on peut dire, atteint presque les 300 euros. 

Au mois de mai 2021, un championnat aura lieu pour départager les projets les plus méritants. "On va devoir pitcher notre projet en quelques minutes devant un jury." Une vidéo devra aussi être réalisée pour lui présenter l'invention (celle ci-dessous est une autre vidéo pour communiquer sur l'équipe du projet). "Notre professeur nous a dit de faire attention, car une excellente entreprise peut perdre si la vidéo est mal préparée."