Responsive image

Hautes-Pyrénées : les apiculteurs mobilisés contre le frelon asiatique

14-03-2021

Le syndicat des Apiculteurs des Hautes-Pyrénées vient d’avoir deux réunions, avec le conseil départemental et la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées, au sujet des difficultés liées à la prolifération toujours croissante du frelon asiatique.




Les pièges contre le frelon asiatique fonctionnent. Les mesures de lutte doivent s’inscrire dans la durée. photo archives DDM R.B.
Les pièges contre le frelon asiatique fonctionnent. Les mesures de lutte doivent s’inscrire dans la durée. photo archives DDM R.B.   EnvironnementHautes-Pyrénées Publié le  , mis à jour 

Le syndicat des Apiculteurs des Hautes-Pyrénées vient d’avoir deux réunions, avec le conseil départemental et la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées, au sujet des difficultés liées à la prolifération toujours croissante du frelon asiatique. "En 2020, elles ont atteint un niveau intolérable dans de nombreuses zones du département, en plaine comme en montagne, au point que les pertes de cheptel apicole ont souvent dépassé la moyenne nationale de 30 %, pour atteindre 50 % par endroits. De nombreux apiculteurs s’interrogent maintenant sur le devenir de leur activité", explique Thierry Dubroca, secrétaire du syndicat des apiculteurs. Il dresse le constat que les mesures de lutte mises en place ne jugulent pas ce fléau. "Le frelon doit être maintenant considéré comme un redoutable destructeur de la biodiversité, puisqu’il s’attaque à tous les insectes. Ses besoins alimentaires sont devenus considérables du fait de sa prolifération", martèle Thierry Dubroca

Le syndicat liste ensuite les mesures de lutte, efficaces, dès lors qu’elles sont coordonnées sur un territoire assez vaste : piégeage intensif des reines, dès le début du mois de mars ; piégeage des femelles fécondées entre le 15 octobre et la fin du mois de novembre, avant qu’elles ne s’abritent pour l’hiver ; en saison (juillet, août, septembre, octobre) destruction des nids à chaque fois que c’est possible.

Les apiculteurs ont demandé aux deux collectivités une prise en charge financière de l’information et de la mise en œuvre de ces mesures. Claude Laffonta, directrice de l’Attractivité et de la Solidarité Territoriales (DAST), a indiqué qu’elle allait instruire un dossier à soumettre au président du conseil départemental, sur ces demandes.

Elle a proposé de réunir tous les représentants des Communautés de Communes afin de diffuser cette information.

Apiculteurs ressources

De son côté, le syndicat devra mettre en place un maillage territorial "d’apiculteurs ressource" sur lesquels les communes pourraient s’appuyer. Afin de bien cadrer les opérations, un cahier des charges pourra être établi.

Du côté de Tarbes-Lourdes-Pyrénées, Jean-Claude Piron, vice-président, relève que la communauté d’agglomération n’a pas vocation à lutter contre les espèces nuisibles. Cependant, il propose d’organiser prochainement une réunion des responsables "environnement" de chaque commune, à l’occasion de laquelle le syndicat pourra intervenir pour informer les élus sur l’acuité du problème, et proposer des solutions.

Les apiculteurs sont satisfaits de ces échanges mais rappellent en conclusion que "la lutte contre la prolifération du frelon asiatique ne pourra donner des résultats tangibles que si les actions mises en œuvre s’inscrivent dans la durée, et dans la continuité".